Patrimoine culturel

Les gens sans connaissance sur leur passé, leur origine et leur culture sont comme un arbre sans racines.
Marcus Garvey

Hoyo de Manzanares possède un riche patrimoine culturel. C’est une ville qui a su conserver son identité au fil des ans et qui continue de faire des recherches sur son passé. Ceci est évident dans la fouille archéologique de La Cabilda, qui rapproche les habitants et les visiteurs des origines du peuplement de l’environnement montagnard et leur permet de faire partie de son patrimoine, puisqu’il s’agit d’une fouille réalisée avec la participation de bénévoles.

Le patrimoine culturel immatériel est également important, dont le plus grand représentant est le Festival d’Intérêt Touristique Régional de La Caldereta, qui a son origine il y a des siècles et est aujourd’hui l’événement principal de la municipalité et parvient à rassembler des milliers de personnes chaque année.

Mais il y a bien plus encore …

La valeur de la pierre. Extraction et exploitation en carrière

Une partie fondamentale de ce patrimoine culturel est étroitement liée à l’importance que la maçonnerie a eue à Hoyo de Manzanares, comme on peut le voir dans l’architecture en pierre et les anciennes carrières de granit.

Le granit est un matériau qui a toujours été lié à l’histoire de Hoyo de Manzanares et qui est devenu son mode de vie principal jusqu’aux années 80 du siècle dernier, grâce à l’extraction de cette précieuse matière première qui était exportée vers la capitale. .

Dans l’espace de la Plaza de Cervantes, avec le granit comme élément proéminent dans sa construction, se trouve le monument à Los Canteros, un hommage rendu par la ville de Hoyo de Manzanares à l’activité des carrières, une activité qui avait une importance particulière dans le village depuis le Moyen Âge.

Ce travail traditionnel a été effectué dans les nombreuses carrières environnantes, dont les vestiges sont encore visibles aujourd’hui au pied de la Sierra del Hoyo, sur l’un des itinéraires de randonnée.

A proximité du tracé de la Route circulaire, dans un tronçon qui passe au pied de la Sierra del Hoyo, nous pouvons sortir de la route à quelques mètres pour voir les vestiges des anciennes carrières de porphyre. Une veine étroite de matériau gris verdâtre foncé, différent du granit, qui était traditionnellement utilisé pour le pavage des rues et des autoroutes.

Sur le même parcours, sur le mont Egido, après avoir franchi la barrière, on remarque les clôtures en bois qui délimitent d’autres carrières, celles de granit rose, également connues sous le nom de Carrières Juan Señora.

Hoy en día, ambas canteras se encuentran llenas de agua y constituyen un importante biotopo de los muchos que hacen posible la gran biodiversidad de nuestro entorno natural protegido.

Architecture traditionnelle. Nos maisons en pierre.

Dans les rues de Hoyo, le granit continue d’être le protagoniste. Il y a encore quelques réminiscences des maisons traditionnelles en pierre, des échantillons d’une architecture populaire qui nous relie aux anciens modes de vie.

Les plus anciennes, de type rural, sont des constructions tournées vers l’intérieur, conçues pour répondre aux tâches de l’agriculture ou de l’élevage, avec un patio intérieur autour duquel s’organisent d’autres constructions plus petites, composant un ensemble. Peu d’exemples de cette architecture sont actuellement conservés.

Les constructions de typologie urbaine-rurale datent du XIXe siècle, où la maison est conçue comme partie intégrante d’une ville avec ses rues délimitées et ses espaces publics et un exemple en sont les bancs en pierre qui sont construits sur la façade avant. Ils appartiennent généralement aux dernières années du 19e siècle et au début du 20e siècle. Ils sont dispersés dans le centre du village.

Les meilleurs échantillons des deux peuvent être vus dans la rue Erillas.

Entre les années 30 et 50 du 20e siècle, la vie à Hoyo a changé et donc ses maisons. Désormais, autour de la principale voie de communication de la ville, la Calle Hurtado, qui relie Hoyo à ses deux villes voisines, Torrelodones et Colmenar Viejo, émergent des maisons de typologie totalement urbaine. Ce sont des maisons dédiées au commerce et aux services. Bâtiments de deux étages, dont le rez-de-chaussée, ouvert sur la rue, est dédié aux affaires et le principal au logement, auquel on accède par un escalier en façade arrière. Parmi les rares exemples conservés, la célèbre Casa Tanuchi se distingue.

Enfin, l’Institución Libre de Enseñanza valorise la Sierra de Guadarrama et au début du XXe siècle, les premiers madrilènes ont commencé à arriver à Hoyo de Manzanares en quête de contact avec la nature. Ils seront les architectes des premières villas de Hoyo, maisons entourées de jardins dans lesquelles se retirer en quête de repos. Un bon exemple d’entre eux est l’ancienne maison du docteur, aujourd’hui siège des services sociaux de Hoyo de Manzanares.

Place de Cervantes. Centre culturel du village

La Plaza de Cervantes concentre la vie culturelle de Hoyo de Manzanares. Les premières écoles se trouvaient ici, aujourd’hui converties en centre médical et en maison des professeurs. Devant le centre culturel.

Le bâtiment, construit en 1990, est le siège du Conseil municipal de la culture, un organisme créé pour la gestion et la coordination de l’activité culturelle de la municipalité.

En él se encuentran los espacios destinados a Biblioteca Municipal, Sala de Exposiciones y Conferencias, Aulas de Formación y Talleres.

Notre bibliothèque possède une collection bibliographique de 14 000 volumes, un service de lecture, une consultation en salle et un accès Internet. En outre, il existe des programmes pour promouvoir le livre et la lecture, les contes pour enfants et d’autres événements.

Les nuits d’été, les activités culturelles dépassent les murs du Centre dans l’auditorium en plein air qui est installé sur la place pour réaliser le programme culturel d’été Bonne Nuit avec au programme, du théâtre, de la danse, de la musique et du cinéma, le tout à l’abri de la Sierra de Hoyo.

La région de l’eau. Les fontaines

Hoyo de Manzanares est situé dans la Sierra de Guadarrama-Alto Manzanares, qui est une région qui s’étend d’est en ouest, de Guadarrama et Los Molinos à Soto del Real et Miraflores et jusqu’aux hauts sommets de Siete Picos, La Bola del Mundo ou la Cabeza de Hierro, à Hoyo de Manzanares, la commune la plus au sud.

Les eaux venant des hauts plateaux serpentent sur les pentes pour former des rivières dont deux emblématiques: les rivières Guadarrama et Manzanares. L’abondance de l’eau est l’une des caractéristiques de cette région, dans laquelle un total de sept rivières et douze réservoirs sont comptés, ainsi que d’innombrables ruisseaux, zones humides et sources. Depuis l’Antiquité, les voisins de nos villages ont entretiennu une relation étroite avec l’eau. Dans ces communes, il existe une longue tradition de construction de fontaines, presque toutes sculptées dans le granit, certaines datant de plusieurs siècles.

Route des zones humides

À Hoyo de Manzanares, nous pouvons profiter des paysages de l’eau générés par les petits ruisseaux qui traversent son territoire et, en particulier, des étangs et des réservoirs tels que Los Camorchos et La Berzosa, protagonistes de certaines des marches de randonnée organisées par le conseil municipal pour rapprocher ces espaces naturels à nos visiteurs.

Dans la zone urbaine, se distingue la Fontaine del Caño, sur la place du même nom, construite en 1845, qui approvisionnait en eau les voisins jusqu’à l’arrivée de l’eau courante. C’est une fontaine en granit, avec un bassin ovale et deux tuyaux simples qui lui donnent son nom et à travers lesquels coulaient jadis les eaux des sources voisines.

L’arrivée de l’eau courante à Hoyo de Manzanares a été célébré avec la fontaine de la Plaza de la Iglesia. Construit en 1929, il a un caractère plus ornemental, avec son fronton, son banc continu et son décor de boules de granit dans le style inspiré de l’Escorial. Parmi ses jets de têtes de lion en bronze doré, on peut lire la plaque commémorative et l’année de sa fondation.

Place Mayor et la Mairie

La Plaza Mayor que nous voyons aujourd’hui a commencé à prendre forme telle que nous la voyons dans les années 50. D’abord avec la construction de la mairie, un bâtiment de deux étages, en granit des carrières environnantes, avec son portique et dans lequel se détachait la tour latérale. La photographie que nous voyons doit dater d’après 1951 car l’horloge dont nous parlons ci-dessous est déjà installée sur la tour.

Peu de temps après cette photo, la construction des ailes latérales a commencé, dans le cadre du Plan des régions dévastées lancé pour la reconstruction du pays après la guerre civile. Ces ailes latérales projetées plus tard sont la raison pour laquelle la tour de notre place n’est pas au centre; Elles ne faisaient pas partie d’un seul projet, mais la tour latérale du bâtiment de l’hôtel de ville était intégrée dans ce nouveau design.

Route des zones humides

Mairie années 50. Photo cédée par Aleida Pinto

Mairie années 70. Photo cédée par Raquel Mollá

Les espaces latéraux de la Plaza ont été utilisés pour les maisons de familles défavorisées et bien qu’il y ait encore des maisons privées aujourd’hui, au fil du temps, le conseil municipal a gagné des espaces pour localiser l’Office du tourisme, le lieu de rencontre du numéro 2, la police locale, les archives et le département d’Urbanisme de la mairie …

La dernière intervention, il y a à peine un an, a enlevé le revêtement blanc du premier étage sur les côtés pour exposer le granit de Hoyo.

El reloj de la torre se instaló en 1951, como nos cuenta Pilar García en el artículo publicado en el segundo número de la revista Apuntes del Ponderal, editada por la Asociación del mismo nombre. Une installation célébrée avec de la danse et du vin sur la Plaza.

Ce joyau de la mécanique coûtait à l’époque 41 867 pesetas, environ 250 €. Au sommet de la tour était placée la cloche qui, depuis 69 ans, nous a donné les heures, sonnant toutes les demi-heures. Pour ce faire, un ouvrier municipal se charge de l’enrouler avec une manivelle tous les jours.

Le mécanisme de l’horloge est précieux et il est exposé au public et fonctionne aujourd’hui au premier étage de la mairie.

Théatre municipal Las Cigüeñas, photographie de Pilar Esteban

Théatre municipal Las Cigüeñas

Hoyo de Manzanares possède deux bâtiments déclarés biens d’intérêt culturel, l’un d’eux est l’ancienne église, située sur la Plaza de la Iglesia, aujourd’hui réhabilitée et équipée pour abriter le théâtre municipal de Las Cigüeñas et qui conserve encore la chapelle de la Vierge du chêne.

L’autre est la tour de guet de La Torrecilla, un bâtiment défensif d’origine musulmane dont des vestiges sont conservés, actuellement le terrain sur lequel il se trouve appartient à l’Académie des ingénieurs de l’armée, il n’est donc pas possible de le visiter.

La construction de l’ancienne église a commencé au 15ème siècle et s’est achevée au 17ème siècle, elle est classée Site d’Intérêt Culturel depuis 1982. C’était une église modeste, avec une seule nef dotée de deux chapelles latérales et un portique sur son côté sud, suivant le modèle des églises de Ségovie.

Dans les années 70 du 20ème siècle, le bâtiment a été pratiquement démoli, seul le mur extérieur a été conservé jusqu’à la hauteur de la corniche. De plus, le temple commençait à être insuffisant à cause de l’augmentation des fidèles, par conséquent, la propriété du site, c’est-à-dire les institutions ecclésiastiques et le conseil municipal, procédèrent à un échange par lequel ce dernier prit en charge la réhabilitation et l’adaptation à de nouveaux usages de l’église primitive, et abritant par conséquent le Théâtre Municipal « Las Cigüeñas ». Esta reforma se centró principalmente en la sustitución de la cubierta derruida por una nueva y la ampliación de dependencias en el lado sur, que hicieron necesaria la demolición del pórtico primitivo.

Décors de cinéma

Le saut au grand écran de Hoyo de Manzanares a eu lieu en 1962 avec l’occupation de deux hectares à Monte de los Altillos. La première ville de l’ouest de l’Espagne avec un caractère stable a été construite ici, l’ensemble connu sous le nom de Golden City.

Cet ensemble a été l’un des plus prolifiques de notre pays jusqu’au milieu des années 1970. Plus d’une centaine de films du genre « spaghetti western » y ont été tournés, mais il y en a un qui se démarque des autres, « Pour une poignée de dollars », qui a lancé un Clint Eastwood, alors inconnu, à la célébrité.

Site de La Cabilda

Le site archéologique de La Cabilda est le lieu de naissance de Hoyo de Manzanares. Une ville wisigothique du milieu du 7ème siècle dans laquelle nos premiers voisins connus se sont installés. Ici, au pied de la Sierra de Hoyo et devant le vaste paysage qui s’ouvrait sous leurs yeux, ils ont construit leurs maisons avec le granit de l’environnement, le bois des chênes verts et les tuiles d’argile.

Les restes découverts jusqu’à présent nous parlent d’une société qui vivait de bétail, de la chasse, de la cueillette et de l’agriculture résiduelle. D’autres découvertes nous offrent des informations sur leurs activités quotidiennes, comme la maison, un dépliant pratique ou une machine à tisser la laine. Les plus importants, comme le pondéral, une seule pièce, une unité officielle de poids, offre des informations sur les transactions commerciales… Mais ce n’est que ce que nous savons aujourd’hui.

Le site est un espace de vie où nous réalisons chaque année des campagnes de fouilles archéologiques. Celle de 2018 a découvert les vestiges d’un édifice singulier, un espace religieux qui pourrait nous faire penser que nous sommes confrontés à un peuplement différent … Chaque année, nous avançons davantage dans la connaissance de qui étaient ces premiers Hoyenses.

L’une des caractéristiques uniques de ce site est qu’il est fouillé avec la participation de bénévoles, avec un système connu sous le nom d’archéologie publique, dans lequel ce sont les voisins, les étudiants ou les amateurs d’archéologie qui, sous la direction et la supervision d’une équipe d’archéologues professionnels, travaille chaque année pour mettre au jour une nouvelle pièce de ce puzzle qu’est la vie à La Cabilda au Haut Moyen Âge.

Pour en savoir plus sur ce site, vous pouvez vous inscrire aux visites guidées interprétées que nous réalisons chaque mois avec nos archéologues locaux.

De plus, autour du site, d’autres activités sont menées en fin d’année, comme celles collectées dans le projet « novembre wisigoth », ou les « archéologues d’un jour », programmes réalisés en collaboration avec la Communauté de Madrid dans lesquels nous enseignons aux enfants tous les processus de fouille d’un site archéologique.

La Caldereta. FITUR

La Caldereta a été déclarée Fête d’Intérêt Touristique Régional, c’est une journée de festivités dont on sait qu’elle a déjà été célébrée en 1767 pour remercier la Virgen de la Encina pour les récoltes.

C’est un festival gastronomique qui se célèbre autour du 9 septembre et qui se compose d’un chocolat chaud, des festivités taurines et, bien sûr, du dîner de La Caldereta, qui rassemble chaque année plus de 6000 personnes qui dégustent notre ragoût traditionnel. Sa recette, dont l’ingrédient principal est la viande de taureau, se transmet de génération en génération.

La tradition dit que dans le passé, deux taureaux ont été combattus en l’honneur du patron. Celui pour les couples mariés était distribué parmi les familles de la ville, tandis que celui pour les célibataires était cuisiné selon une vieille recette secrète qui a survécu à ce jour et n’est connue que du chef de l’Association La Caldereta, en charge de sa préparation et de celui qui sera son successeur.

Avec ce ragoût, toute la ville était invitée à ce dîner sur la Plaza Mayor. Aujourd’hui, nous vous invitons à profiter de notre patrimoine culturel immatériel qui continue de perpétuer une tradition séculaire.

Pin It on Pinterest

X